<
"BITERROIS TOUJOURS" Index du Forum "BITERROIS TOUJOURS"
"FORUM BÉZIERS RUGBY A.S.B.H"
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

table width="100%" cellspacing="2" cellpadding="2" border="0">
histoire de notre club 11 titres & 15 finales

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    "BITERROIS TOUJOURS" Index du Forum -> le forum des supporters de Sauclières -> la mémoire du rugby biterrois
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Azuma
Administrateur créateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 4 904
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe
Point(s): 140 129
Moyenne de points: 28,57

MessagePosté le: Ven 5 Sep - 17:59 (2008)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales Répondre en citant

 
       15 FINALES 11 TITRES


Bien peu de clubs français peuvent se targuer, aujourd’hui encore, d’afficher un palmarès aussi fourni, aussi brillant et populaire que celui qui est inscrit dans les couleurs du maillot de l’Association Sportive Biterroise : sang et azur. Le club, né en 1911 de la fusion entre deux équipes locales, fait d’ores et déjà partie des plus anciens de l’Hexagone. Mais aussi des plus « capés » : avec onze titres de champion de France, acquis de haute, suante mais grisante lutte entre 1961 et 1984, l’ASB (aujourd’hui ASB-H comme Hérault) se situe à la troisième place du panthéon du rugby français, juste derrière les « 2 Stades » (Toulousain et Français). L’ASB a aussi fourni, au fil des saisons, et depuis la création du XV de France, quelque 55 joueurs pour porter le maillot de l’équipe nationale, et les couleurs du rugby national, sur les pelouses des deux hémisphères.

(mise en pages modifié ; asb.uso.xooit.com) pouce''''''

















ENCODAGE REALISER PAR : jipé de biterrois.xooit.com   ( LE FORUM DES ROUGES ET BLEUS)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour avoir accès à la totalité du forum..inscrivez vous  


Dernière édition par Azuma le Ven 19 Sep - 17:01 (2008); édité 13 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 5 Sep - 17:59 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Azuma
Administrateur créateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 4 904
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe
Point(s): 140 129
Moyenne de points: 28,57

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 11:22 (2008)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales Répondre en citant

11 titres 15 finales (suite)



















-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour avoir accès à la totalité du forum..inscrivez vous  


Dernière édition par Azuma le Jeu 18 Sep - 15:25 (2008); édité 3 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Azuma
Administrateur créateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 4 904
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe
Point(s): 140 129
Moyenne de points: 28,57

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 00:16 (2008)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales Répondre en citant

                                                                L'Association sportive de Béziers Hérault
(ou AS Béziers, ASB) est un club de rugby à XV français participant à la Pro D2, fondé en 1911. Onze fois champion de France (1961, 1971, 1972, 1974, 1975, 1977, 1978, 1980, 1981, 1983 et 1984), le club évolue actuellement en Pro D2. 1 Repères historiques
2 Palmarès de l'équipe première
2.1 Epreuves majeures
2.2 Autres épreuves
2.3 Distinctions
2.4 Détail des finales de l'AS Béziers
2.4.1 Championnat de France
3 Joueurs emblématiques
4 Effectif 2008-09
5 Liste des entraîneurs
6 Présidents successifs
7 Bibliographie
8 Vidéothèque
9 Liens externes



Repères historiques [modifier]
Fondé en 1911 par Louis Viennet et Jules Cadenat, suite à la fusion du Sporting Club Biterrois et du Midi Athletic Club. C'est à Viennet que l'on doit le terrain du club, un ancien terrain hippique, ainsi que l'ensemble des installations sportives de Sauclières (omnisportives aux débuts), sur les bords de l'Orb. De 1946 à 1950, en conflit majeur avec la fédération française de rugby, le club passa un temps dans le camp treiziste.
Après avoir connu une éclosion au début des années 60, avec 4 finales en 5 ans (et juste un titre en Championnat, un en Du-Manoir, et un en Coupe d'Europe), le Grand Béziers devint le terme consacré pour désigner les diverses équipes de l'ère de domination couvrant les années 1971 à 1984 (avec notamment un pack d'avants ayant laissé une irrésistible impression jusqu'en 1981). Durant ces mêmes treize années, le siège du club était au Café de France, sur les allées Paul-Riquet de la ville (remontées lors des multiples présentations du Bouclier de Brennus aux habitants depuis le balcon du théâtre municipal... avant la poursuite des réjouissances entre joueurs au château de Salliés). La Biterroise, commanditée par Raoul Barrière, est devenue l'hymne du club en 1978.
Le 29 janvier 1972, sept Biterrois font partie de l'équipe de France qui affronte l'Irlande à Colombes (les avants Armand Vaquerin, Alain Estève, Olivier Saisset, Jean-Louis Martin, Yvan Buonomo, le demi de mêlée Richard Astre et l'ailier Jack Cantoni). Le record du FC Lourdes de 1958 est égalé, mais l'Irlande s'impose...
En mai-juin 1972, les sept Biterrois sont retenus pour la tournée australienne. Six le seront en 1974 pour la tournée en Argentine.
Le 1er novembre 1972, l'ASB a l'honneur de disputer le premier match de rugby de l'histoire du nouveau Parc des Princes. Double championne de France en titre, elle bat les Gallois de Neath RFC 29-17.
En 1977, le club compte douze joueurs internationaux en activité.
Trois "Grand chelems" de club sont à mettre à l'actif de l'AS Béziers : durant les saisons 1971-1972, 1974-1975, et 1976-1977, victoires dans les quatre épreuves proposées : Bouclier d'automne - Challenge Jules Cadenat - Challenge Yves du Manoir - Championnat de France.
...plus grosse victoire du club en championnat: 100 - 0, face à Montchanin en 1979 !
Au total le club aura fourni 50 internationaux durant son histoire jusqu'en 2005.
Palmarès de l'équipe première [modifier]
Epreuves majeures [modifier]


Champion de France (Bouclier de Brennus) : 1961, 1971, 1972, 1974, 1975, 1977, 1978, 1980, 1981, 1983, 1984 (11)
Vice-champion de France : 1960, 1962, 1964, 1976
Challenge Yves du Manoir : 1964, 1972, 1975, 1977
Finaliste du Challenge Yves du Manoir : 1961, 1973, 1978, 1980, 1981
Vainqueur de la Coupe de France : 1986
Finaliste de la Coupe de France : 1950 (sous l'appellation d'AS Cheminots Béziers (ASCB), nom du même club de 1945 à 1950)
Vainqueur du championnat de France Elite 2 (équivalent de la Pro D2) : 2000
Autres épreuves [modifier]


Vainqueur du 1er Trophée Européen, la Coupe d'Europe des Clubs Champions (F.I.R.A.), le 24 juin 1962 contre Grivita Rosie (Roumanie), à Bucarest (organisée à 3 reprises)
Vainqueur du 1er tournoi international de clubs jamais organisé en France, le Trophée international Jules Cadenat, le 30 septembre 1978
Challenge Jules Cadenat (national) : 1967, 1969, 1970, 1971, 1973, 1974, 1975, 1977, 1978
Finaliste du Challenge Jules Cadenat : 1968
Bouclier d'automne : 1970, 1971, 1974, 1976, 1977
Finaliste du Bouclier d'automne : 1972, 1975, 1981
Challenge Béguère : 1964
Finaliste du Challenge Antoine Béguère : 1962
Challenge Armand Vaquerin : 1994, 1995, 1996, 1998, 2000, 2001, 2004
Distinctions [modifier]


Challenge du Club Complet : 1971, 1973, 1977, 1979, et 1983
(équipe première alors championne de France et doublé de l'équipe cadet [championnat + du Manoir])
Trophée rugby Panache Pernod : six fois consécutivement, de
1971 à 1976 (meilleur jeu développé et meilleur marqueur d'essais du championnat de France)
L'AS Béziers a mérité ses récompenses de club le plus complet, car elle a une forte tradition de formation (ainsi voir dernièrement l'éclosion de Yannick Nyanga et Dimitri Szarzewski ou plus récemment Matthieu Cossia et Damien Vidal). Mais déjà en son temps Raoul Barrière, avant d'être entraîneur de l'équipe première, avait emmené le club à un second titre junior reichel en 1968 (après celui de 1936),.. et dans les années 1980, une autre équipe de jeunes, emmenée cette fois par Gérard Tugas, avait remporté les titre cadet, junior crabos et junior reichel, entre 1983 et 1986 (cette équipe a ensuite permis d'ailleurs à plusieurs joueurs d'évoluer en équipe première, toujours dans la tradition biterroise).
Détail des finales de l'AS Béziers [modifier]
On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.
Championnat de France [modifier]
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
22 mai 1960 FC Lourdes AS Béziers 14-11 Stadium Municipal, Toulouse 37.200
28 mai 1961 AS Béziers US Dax 6-3 Stade de Gerland, Lyon 35.000
27 mai 1962 SU Agen AS Béziers 14-11 Stadium Municipal, Toulouse 37.705
24 mai 1964 Section paloise AS Béziers 14-0 Stadium Municipal, Toulouse 27.797
16 mai 1971 AS Béziers RC Toulon 15-9 AP Parc Lescure, Bordeaux 27.737
21 mai 1972 AS Béziers CA Brive 9-0 Stade de Gerland, Lyon 31.161
12 mai 1974 AS Béziers RC Narbonne 16-14 Parc des Princes, Paris 40.609
18 mai 1975 AS Béziers CA Brive 13-12 Parc des Princes, Paris 39.991
23 mai 1976 SU Agen AS Béziers 13-10 AP Parc des Princes, Paris 40.300
29 mai 1977 AS Béziers USA Perpignan 12-4 Parc des Princes, Paris 41.821
28 mai 1978 AS Béziers AS Montferrand 31-9 Parc des Princes, Paris 42.004
25 mai 1980 AS Béziers Stade toulousain 10-6 Parc des Princes, Paris 43.350
23 mai 1981 AS Béziers Stade bagnérais 22-13 Parc des Princes, Paris 44.106
28 mai 1983 AS Béziers RC Nice 14-6 Parc des Princes, Paris 43.100
26 mai 1984 AS Béziers SU Agen 21-21 AP 1 Parc des Princes, Paris 44.076

1 Béziers gagna 3 tirs-aux-buts à 1.
Joueurs emblématiques
En gras joueurs en activité
Marc Andrieu
Richard Astre
Yoan Audrin
Jean-Marc Aué
Raoul Barrière
Sébastien Bonetti
Philippe Bonhoure
Sébastien Bruno
Yvan Buonomo
Henri Cabrol
Jules Cadenat
Didier Camberabero
Gilles Cambérabéro
Jack Cantoni
Alain Carminati
 Richard Castel
Philippe Chamayou
Pierre Danos
Paul Dedieu
Richard Dourthe
Jean-Frédéric Dubois
Nicolas Durand
Philippe Escalle
Alain Estève
Michel Fabre
Philippe Gallart
Jonathan Angus Gardiner
Jean-Philippe Grandclaude
Jean-Pierre Hortoland
Alain Hyardet
 Pierre Lacans
Félix Lacrampe
Thibault Lacroix
Julien Laharrague
Jean-Louis Martin
Jean-Paul Medina
Pierre Mignoni
Pierre Moureu
Brice Miguel
Yannick Nyanga
Alain Paco
Michel Palmié
Jean-Pierre Pesteil
Thibaut Privat
Lucien Rogé
 Jean Sébédio
Lucien Serin
Olivier Saïsset
René Séguier
Georges Senal
Goderdzi Shvelidze
Cédric Soulette
Dimitri Szarzewski
Federico Todeschini
Armand Vaquerin
Elie Vaquerin
Christophe Villaplana
Warwick Waugh


Effectif 2008-09
Piliers
 Paul Laussucq
 Kenneth McKenzie
 Alexandre Menini
 Jean-François Pedesseau
 Franck Villaz
Talonneurs

 Josias Jacobus Du Toit
 Brice Miguel
Deuxièmes ligne

 Adrien Calmel
 Guillermo De Aro
 Jonathan Elgoyhen
 Philippe Martin
 Christian Petre
 Augustin Petrechei
 Troisièmes ligne
 Vincent Barrière
 Olivier Chaplain
 Michel Dieudé
 Jérome Labat
 Jeoffery Puli Maka
 François Ramoneda
 Olivier Sverzut
 Jérôme Troader
Demis de mêlée

 Vincent Jaca
 Lucian Sirbu
 Laurent Salies
 Anthony Tesquet
Demis d'ouverture

 Grégoire Dejardin
 Thomas Pochelu
 Ailiers
 Jonathan Bousquet
 Christophe Coro
 Ilai Derenalagui
 Julien Jané
 Pierre-Olivier Julien
 Anthony Poujol
Centres

 Olivier Benassis
 Olivier Gargallo
 Jye Mullane
 Romain Dreux
Arrières

 Frédéric Cermeno
 Léo Pesteil
 Mathias Vidal


Liste des entraîneurs
Saison Nom de l'entraîneur Pays
XXXX-XXXX Raymond Barthès 
XXXX-XXXX Raoul Barrière 
XXXX-XXXX Jacques Cantoni 
XXXX-XXXX Olivier Saïsset 
XXXX-XXXX Roger Bousquet & Francis Mas  & 
XXXX-XXXX André Buonomo 
XXXX-XXXX Olivier Saïsset 
XXXX-XXXX Jean-Louis Martin 
XXXX-XXXX Richard Astre 
XXXX-XXXX Diego Minaro 
1999-2002 Alain Hyardet 
2002-2003 Arnaud Vercruysse & Eric Piazza  & 
2003-2004 Jean-Pierre Elissalde 
2004-Janvier 2005 Jean-Pierre Elissalde & Mark Bakewell  & 
Janvier 2005-2005 Mark Bakewell 
2005-2007 Olivier Saïsset 
2007-2008 Olivier Saïsset & Richard Castel  & 
Depuis 2008 Richard Castel & Philippe Escalle  & 

Présidents successifs
Saison Nom du président Remarques
1911-1950 Louis Viennet Fondateur de l'ASB
1950-1966 Jules Cadenat Premier titre de champion de France
1966-1975 Georges Mas Président du Grand Béziers
1975-1978 Ernest Caruso 
1978-1981 Alain Loubet 
1981-1988 Céleste Bringer 
1988-1994 Jean-Louis Martin 
1994-1999 Gilbert Lautier 
1999-2008 Olivier Nicollin Fils de Louis Nicollin
Depuis 2008 Joseph Francis Entreprise COMECA



Georges Mas: (Papa du GRAND BEZIERS) (dit Jojo): était le PDG d'une grosse entreprise de maçonnerie: ASTRE et Cie (n'ayant rien à voir avec Richard Astre). Il avait son pêcheur de crustacés attitré au Môle (Cap d'Agde), où il possédait une résidence. On lui doit la venue de Richard Astre et de Jack Cantoni... lesquels brillaient en Junior à Toulouse. Sans compter une multitude de titres...
Bibliographie


Rugby capitale Béziers de Georges Pastre, éd. Solar, 1972 (et Presses Pocket la même année)
" Les Invincibles" de Didier Beaune (1971)
Les territoires du rugby : l'exemple de la ville de Béziers de Benoît Galand, mémoire de maîtrise de géographie, Université Montpellier 3, 1997
Les maîtres du rugby moderne; l'AS Béziers de 1970 à 1985 de Jean-Claude Martinez, éd. Atlantica, 2004
Depuis 1990 le club édite un mensuel, Rugby passion, et une revue, Le Guide Rouge et Bleu.
(mise en pages modifié ; asb.uso.xooit.com)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour avoir accès à la totalité du forum..inscrivez vous  


Dernière édition par Azuma le Ven 19 Sep - 16:54 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Azuma
Administrateur créateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 4 904
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe
Point(s): 140 129
Moyenne de points: 28,57

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 16:39 (2008)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales Répondre en citant

                                                                 Feuille de match et résumé des finales de l'ASB  au grand complet
kktt kktt kktt kktt kktt kktt




 Feuille de match et résumé des finales de l'ASB  
--------------------------------------------------------------------------------

Stadium Municipal, Toulouse, 22 mai 1960

F.C. LOURDAIS 14 - A.S. BITERROISE 11
Les équipes
FC Lourdais :
G. Calvo, P. Faur, R. Martine (cap.), A. Marquesuzaa, P. Tarricq, o)A. Labazuy, m) F. Vallée, H. Domec, R. Crancée, M. Crauste, L. Guinle, A. Lafont, J. Taillantou, P. Deslus, T. Manterola.
AS Biterroise :
P. Dedieu, R. Spagnolo, J. Fratangelle, Y. Boggiano, L. Rogé‚ o)R. Raynal, m)P. Danos (cap.), R. Gensane, J. Amal, F. Rondi, A. Gayraud, P. Mercier, F. Mas, E. Bolzan, R. Barrière.
Les points
FCL : Fauré, Crauste, essais; Labazuy, 2 pénalités et transformation.
ASB : Raynal, essai; Danos, 2 pénalités et transformation.
Arbitre: Louis Parrot
Les deux Prat à la retraite, François Labazuy et Rancoule partis à Tarbes et à Toulon, Lacaze et Barthe passés à XIII, le visage de l'équipe de Lourdes était nouveau. Crauste et Marquesuzaa, champions avec le Racing, et Roland Crancée, un grand et sec preneur de balles à la touche (1,94 m-88 kilos) constituaient toutefois des renforts impressionnants. En demi-finale, les Pyrénéens avaient écarté les Dacquois (13- alors que les Biterrois n'avaient dû qu'à un point du règlement la participation du club à sa première finale à la suite d'un match nu (3-3 après prolongations), le but de pénalité biterrois primant le drop palois.
Les deux clubs s'étaient rencontrés en poule et les deux matches s'étaient soldés par un double succès biterrois (11-3 à Béziers et 12-6 à Lourdes). Pourtant, le pack des Languedociens n'inspirait pas a priori la terreur: seul Gayraud (1,86 m) dépassait 1,80 m, mais les avants y étaient vigoureux et solides.
L' A.S. Biterroise et le F.C. Lourdais ayant les mêmes couleurs, bleu et rouge, les Héraultais enfilèrent une tenue jaune.
Labazuy inaugura la marque en se vengeant, par un but de pénalité, d'un placage à retardement de Gensa (10e minute), mais Danos, quelques instants après, remit les deux équipes à égalité pour une faute lourdaise à la touche. Crancée, toutefois, posait de difficiles problèmes à ses adversaires et Gayraud prenait peu de balles. En outre, les troisièmes lignes bigourdans gênaient beaucoup Danos. A la 22e minute, Labazuy y alla d'un autre but de pénalité pour cette fois une faute biterroise à la touche (6-3); presque un quart d'heure plus tard, Domec récupéra une balle perdue entre les deux demis en jaune et servit Faur pour un essai en coin (9-3). Mais les Languedociens n'abdiquaient pas: tout d'abord Bolzan laissa échapper la balle sous la pression de Vallée en vue de la ligne et ensuite, Danos réussissait un drop que l'arbitre dut refuser puisqu'il avait vu Crauste effleurer le ballon en l'air. Cette règle allait être abolie huit ans plus tard. Le score était donc de 9-3 à la mi-temps. Après la pause, les Lourdais, grâce à la large domination de Crancée à la touche maintinrent les Biterrois dans leur camp. A la 50e minute, une attaque classique se développa et Marquesuzaa servit Martine qui recentra au pied: Crauste, à la limite du ballon mort, pointa un essai transformé par Labazuy (14-3). Dès lors, Béziers joua son va-tout : essai de Raynal transformé par Danos après une relance de Rog‚ (56e minute) et pénalité du même Danos après faute de Crancée à la touche (14-11).
La fin de la rencontre fut pourtant plutôt à l'avantage des Lourdais - Guinle échoua d'un rien après s'être échappé d'une touche - grâce à la domination de leurs avants sur leurs homologues assez décevants, Gensane excepté.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.



--------------------------------------------------------------------------------

Stade de Gerland, Lyon, 28 mai 1961

A.S. BITERROISE 6 - U .S. DACQUOISE 3
Les équipes
AS Biterroise :
P. Dedieu, R. Spagnolo, J. Fratangelle, R. Raynal, L. Rogé‚ o) R. Bousquet, m)P. Danos (cap.), L. Angeli, J. Arnal, F. Rondi, A. Gayraud, J. Salas, F. Mas, E. Bolzan, R. Barrière.
US Dacquoise :
E. Carrère, R. Albaladejo, J. Bénédé, J. Othats, C. Darbos, o)P. Albaladejo, m) J.C. Lasserre, P. Darbos, C. Contis, G. Dubois, M. Cassiède, C. Lassère, A. Bérilhe (cap.), L. Berho, J. Bachelé.
Les points
ASB : Dedieu, pénalité; Danos, drop.
USD : Pierre Albaladejo, pénalité.
Arbitre: Bernard Marie Le champion sortant était tombé en huitièmes devant Vichy. L'affiche de la finale était nouvelle. Béziers s'était défait de Mont-de-Marsan (12-6) et Dax de Chambéry (11-5). Les deux équipes possédaient des arguments comparables: une solide ligne d'avants et des buteurs réguliers. Dax semblait toutefois plus fringant derrière avec Pierre Albaladejo et Othats tandis qu'à Béziers, Gensane, bras fracturé lors d'un match amical, était remplacé par le polyvalent Angeli.
L'après-midi fut décevante: terne et violente, voire méchante, fermée et stérile. Les avants se neutralisèrent et les buteurs furent dans l'ensemble bien malheureux, même s'ils meublèrent seuls le tableau d'affichage. A la 28e minute, Pierre Albaladejo inaugura la marque sur une pénalité de 25 mètres en face. Barrière l'avait dangereusement plaqué. Quatre minutes plus tard, Dedieu passa le but égalisateur qui sanctionnait une faute landaise à la touche. 3-3 à la mi-temps, puisqu'une dangereuse action d'Othats avait été neutralisée par Dedieu. La seconde mi-temps fut un peu meilleure. Quelques mouvements dacquois où se montrèrent Othats, Bénédé, Pierre Albaladejo et Carrère, auraient pu faire mouche. Les Biterrois prirent acte de ce manque de réussite. A la 70e minute, les avants biterrois gagnèrent la balle à la touche à deux mètres de l'en-but adverse. Danos, trois mètres derrière l'alignement et presque sur la touche tenta un invraisemblable drop-goal: invraisemblable mais réussi. Béziers annihila sans problème majeur les dernières tentatives de Dax.
Le sort avait choisi l'Orb et non l'Adour. Mais les amoureux du rugby pouvaient manifester quelque dépit après cet après-midi parfois détestable.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

--------------------------------------------------------------------------------

Stadium Municipal, Toulouse, 27 mai 1962
Citation:
S.U. AGENAIS 14 - A.S. BITERROISE 11
Les équipes
SU Agenais : J.P. Razat, M. Arino, H. Garcia, C. Salères, S. Méricq, o)J.C. Hiquet ; m)P. Lacroix (cap.), L. Echavé‚ F. Zani, M. Sitjar, G. Cavaillès, C. Matkowski, G. Miquel, J.C. Malbet, J.P. Clar.
AS Biterroise : P. Dedieu, R. Spagnolo, J. Fratangelle, M. Bernatas, A. Folch, o) R. Bousquet, m)P. Danos (cap.), R. Gensane, J. Salas, R. Rondi, A. Gayraud, C. Vidal, F. Mas, E. Bolzan, J. Arnal.
Les points
SUA : Méricq (2), Matkowski, essais; Sitjar, pénalité et transformation.
ASB : Rondi, essai; Dedieu, pénalité, drop et transformation.
Arbitre: Raymond Gombeaud
Béziers, vainqueur de Lourdes en demi-finale (6-3), se présentait au complet et Agen était privé de son pilier Lagiewski exclu lors du match serré et houleux contre Dax. Le score avait été 8-8 après prolongations et les Agenais avaient été qualifiés au bénéfice de l'essai marqué. Jean-Pierre Claré formé à Villeneuve XIII, fut appelé en première ligne. La Fédération Française de Jeu à XIII, qui ne se privait pas alors de puiser abondamment dans les rangs quinzistes, eut l'inélégance de répandre l'information que le junior appelé à disputer la finale au poste de pilier venait de ses rangs et qu'il n'était donc pas en droit d'y participer. L'A.S. Biterroise eut la délicatesse de ne pas profiter de la délation et les dirigeants treizistes ne sortirent pas grandis de l'affaire. Dès le début, l'engagement manqua d'aménité. Sitjar à la 2e minute réussit un but (3-0) et Malbet touché à l'arcade sortit un quart d'heure pour se faire soigner avant de revenir avec un impressionnant bandage autour de la tête. Clar était passé au talonnage et Matkowski pilier. Après deux pénalités - pour bagarres - ratées par Sitjar, Dedieu égalisa d'un drop à la 18e minute. A la 28e, le pack biterrois réussit un essai d'école: sur mêlée à cinq mètres, il enfonça son rival, désaxa la mêlée et Rondi pointa en but un essai que son arrière transforma. Un essai signé Barthez - c'est-à-dire l'entraîneur -, entendit-on dans les tribunes: 8-3 à la mi-temps, puis 11-3 grâce à une pénalité de Dedieu peu après la reprise.
Mais le combat changea d'âme rapidement. Les quatre sauteurs agenais approvisionnèrent abondamment leurs arrières pour des offensives et des relances superbes où Razat manifesta sa classe en remontant tous les ballons dégagés à la sauvette par des Biterrois de plus en plus fébriles, voir asphyxiés par le rythme. A la 55e minute, attaque classique avec Razat intercalé; relais de Sitjar à l 'intérieur; le mouvement rebondit sur Méricq pour un essai en bonne position que Sitjar ne transforma pourtant pas; 60e minute: contre-attaque de Razat; après plusieurs relais, Méricq recentrait au pied et Matkowski pointait en but mais Razat rata encore la transformation pourtant facile (9-11).
Les Agenais, sentant la victoire à leur portée, poursuivirent leur sarabande. Sitjar mit un but sur le poteau, mais à la 74e minute, Razat contra un drop de Dedieu et fut relayé par Zani, Lacroix deux fois et Salères deux fois aussi qui déplaça au pied pour Méricq. L'ailier reprit la balle et plongea en but alors que Danos le bousculait sur le drapeau de coin. « Jim » Gombeaud valida l'essai malgré les protestations du capitaine biterrois. Dans la semaine, la presse publia les photographies de l'action. Le Lot-et-Garonnais avait bien mis le pied sur la ligne.
Mais le juge de touche ne se manifesta pas et l'arbitre entérina ainsi sa décision qui signifiait le titre de champion de France pour les Agenais.
Il y avait dans les tribunes des journalistes britanniques. Ils tressèrent des couronnes au Rugby Français et à son championnat qui pouvait donner d'aussi magnifiques spectacles.


--------------------------------------------------------------------------------

Stadium Municipal, Toulouse, 24 mai 1964

SECTION PALOISE 14 - A.S. BITERROISE 00
Les équipes
Section Paloise :
R. Toyos, J. Clavé‚ J. Piqué‚ C. Rouch, R. Lhande, o)J. Capdouze, m)J. Duluc, H. Cazabat, F. Moncla (cap.), B. Vignette, J.B. Doumecq, J.P. Saux, M. Etcheverry, A. Abadie, E. Ruiz.
AS Biterroise :
P. Dedieu, C. Grau, J. Fratangelle, I. Barrière, R. Bousquet, o) M. Bematas, m)P. Danos (cap.), R. Gensane, J. Salas G. Bonneric, L. Gagnière, C. Vidal, G. Ribot, E. Bolzan, C. Malet.
Les points
SP : Capdouze, 2 essais et drop; Toyos, pénalité et transformation.
Arbitre: Robert Calmet
Pau avait éliminé Narbonne (8-3) vainqueur lui-même du champion en huitièmes et Béziers peiné pour battre Tarbes (3-0). Les finalistes n'avaient pas connu une saison sereine. Les Languedociens avaient procédé à un nécessaire renouvellement. Gayraud, Rondi, Amal, ce dernier pourtant présent en demi-finale, Mas, passé à XIII, Barrière, n'étaient plus là, tandis que Gagnière, à 30 ans, connaissait l'honneur de disputer la finale pour sa première saison de rugby. En Béarn, l'automne et l'hiver avaient été désastreux et des supporters avaient même déchiré leur carte de la Section. Les Palois avaient réussi à accrocher in extremis le wagon des qualifiés.
Le pack béarnais avait alors réalisé de considérables progrès. De fait, en finale, il pesa de tout son poids sur un adversaire où Salas, en fond de touche, tira pourtant son épingle du jeu. Le début de la rencontre fut viril, voire violent. Après trois buts ratés, Capdouze réussit un drop à la suite d'une bonne prise de Saux à la touche près de la ligne biterroise : 3-0 à la 28e minute. Puis, à la 32e, Toyos sanctionna une faute languedocienne dans l'alignement (6-0). Quelques timides initiatives des arrières biterrois n'eurent pas de conséquence sur le score à la mi-temps.
A la reprise, le jeu demeura terne, gris comme le temps, alors que le pack palois humiliait la mêlée héraultaise. Le match bascula à la 60e minute. Lhande déborda sur une offensive partie de rien avant d'être repris en vue de la ligne adverse. Sur la mêl‚e qui suivit, Danos, gêné, manqua sa passe à Dedieu et Capdouze se jeta sur la balle au sol. 11-0 avec la transformation de Toyos.
Les Palois se contentèrent de contrôler les quelques réactions biterroises bien qu'une offensive Barrière-Bousquet faillit réussir; au contraire, tout à la fin, un contre d'Abadie sur Danos, relayé par Moncla et Etcheverry, amena un second essai de Capdouze qui clôtura ainsi le score (14-0). Six jours plus tard, l' A.S. Biterroise, remodelée avec quatre changements, prit sa revanche en finale du Challenge du Manoir sur des Palois accablés de félicitations et de festivités.


--------------------------------------------------------------------------------

Stade Municipal, Parc Lescure, Bordeaux, 16 mai 1971


A.S. BITERROISE 15 - R.C. TOULONNAIS 9 (après prolongations)
Les équipes
AS Biterroise :
J. Cantoni, G. Lavagne, J. Navarro, J. Sarda, R. Séguier, o) H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), C. Pesteil, Y. Buonomo, O. Saisset, A. Estève, G. Sénal, J.P. Hortoland, A. Lubrano, A. Vaquerin.
RC Toulonnais :
B. Labour‚ R. Fabien, G. Delaigue, J.P. Carreras, B. Giabbiconi, o) P. Bos, m) L. Irastorza, C. Carrère, D. Hache, D. Herrero, M. Sappa, A. Herrero (cap.), A. Gruarin, N. Vadella, J.C. Ballatore.
Les points
ASB : Séguier, 2 essais; Cabrol, 2 pénalités;
RCT : Astre, drop; Labouré, 3 pénalités.
Arbitre : Michel Dubernet
Le titre alla à l'A.S. Biterroise. C'était le début d'une série qui allait durer treize ans. Raoul Barrière avait formé une splendide équipe junior qui s'épanouit en senior, avec onze futurs internationaux en plus de Cantoni déjà capé. Leur victoire contre Agen avait été nette (20-9). Martin, blessé, n'avait pas joué cette rencontre et bien que rétabli, décida lui-même de ne pas rentrer pour conserver l'homogénéité morale de l'équipe. A Toulon, vainqueur de Brive (6-3), les avants étaient impressionnants. Les rapports entre André Herrero, capitaine de l'équipe, n'étaient toutefois pas idylliques avec Carrère qui était celui du XV de France. Cette finale est restée dans les m‚moires: pour l'avènement de la méthode biterroise, la contre-attaque de Cantoni et surtout la blessure si douloureuse aux côtes d'André Herrero. Le monde du rugby se perdit en conjecture sur le nom du coupable: Estève ? Sénal ? On dit qu'Herrero, qui revint dans la fournaise après avoir été bandé, le sait. Mais il se tait et sa décision lui appartient.
3e minute: drop d'Astre après mêlée (3-0) ; 4e: but de Labouré sur hors-jeu à la touche (3-3) ; 32é: but de Cabrol pour tenu à terre d'un avant rouge et noir (6-3); 36e : but de Labour‚ pour hors-jeu d'Estève à la touche; 6-6 au terme d'une première mi-temps tendue, irrégulière, parfois déloyale. La blessure du capitaine toulonnais ajouta à la confusion et il s'en fallut de peu que certains ne perdent totalement la tête.
La seconde période ne fut pas plus amène: 48e minute, but de Labour‚ pour hors-jeu de Buonomo (6-9). Les Varois contrôlaient alors la partie et s'acheminaient vers la victoire. Mais à la 75e minute, Cantoni récupéra un coup de pied à suivre d'Irastorza et lança une contre-attaque près de sa ligne de but. Il élimina, par sa course émaillée de crochets funambulesques, trois avants et aux cinquante mètres servit Séguier avant de se faire dangereusement cravater par Fabien.
L'arrière biterrois ne vit pas la remarquable course de son ailier qui plongea près du drapeau de touche gauche après avoir échappé à la tentative de placage désespéré de Labouré: 9-9, temps réglementaire.
Les Héraultais entamèrent la prolongation revigorés. Ils furent tout près de prendre deux fois l'avantage au score par Astre. Leur domination et leur « alegria » se concrétisèrent pourtant en trois minutes: 86e, Cabrol sanctionna au pied un hors-jeu sur mêlée ouverte alors qu'il avait filé en but (12-9); 89e : essai de Séguier sur un ballon poussé au pied et accordé par l'arbitre malgré des protestations varoises.
La fin de la rencontre fut biterroise et Astre faillit même marquer encore à quatre minutes de la fin, mais le rebond défavorable du ballon ne le voulut point. Victoire de Béziers, oui. Mais Herrero avait joué pendant plus de 83 minutes avec une fracture aux côtes. Le rugby est parfois cruel.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.



--------------------------------------------------------------------------------

Stade de Gerland, Lyon, 21 mai 1972


A.S. BITERROISE 9 - C.A. BRIVISTE 0
Les équipes
AS Biterroise :
J. Cantoni, G. Lavagne, J. Navarro, J. Sarda, R. Séguier, o) H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), A. Buonomo, Y. Buonomo, O. Saisset, A. Estève, G. Sénal, J.L. Martin, E. Vaquerin, A. Vaquerin.
CA Briviste :
A. Marot, J.P. Puidebois, M. Marot, D. Marty, P. Besson, o)J.C. Roques (cap.), m)M. Puget, D. Boulpiquante, R. Pite, M. Lewin, J. Génois, J. Merlaud, J.P. Dalès, M. Yachvili, J.C. Rossignol.
Les points
ASB : Cabrol, essai, pénalité et transformation.
Arbitre : Georges Domercq
Toulon, exsangue après une crise interne, avait perdu onze joueurs partis à Nice, André Herrero en tête et, malgré tout, s'était hissé en demi-finale pour se faire battre par Béziers encore (6-19) tandis que Brive s'était difficilement imposé à Narbonne (9-7). L'essai, en effet, avait été porté à quatre points. Les Héraultais étaient au complet, mais les Corréziens eurent à remplacer leur arrière Auboiroux, victime la veille d'un abcès dentaire: Alain Marot enfila le maillot numéro 15, tandis que Marty apparaissait au centre.
Avant le match: la crainte. Les avants en lice avaient une réputation de vigueur qui en effrayait beaucoup. L'espoir aussi: l'arbitre Georges Domercq, viticulteur de Bellocq, avait du talent. Il allait le montrer ici de façon éclatante.
La rencontre fut en effet plutôt correcte. Cabrol inaugura la marque d'un but de 40 mètres après brutalité de Merlaud sur Estève à terre. L'avant briviste fut d'ailleurs violemment pris à partie après la rencontre par son entraîneur Bastié et par quelques uns de ses partenaires pour son apathie après l'événement.
La marque était toujours de 3-0 à la pause en raison du manque de réussite des Corréziens, notamment par Boulpiquante et Puget dans les coups de pied.
A la reprise, Cabrol et Boulpiquante échouaient par deux fois chacun dans leurs tirs et il fallut attendre la 57e minute pour voir la partie basculer: Puget, sur mêlée à dix mètres de sa ligne, fut mis en difficulté par les avants adverses. Yvan Buonomo lança Cabrol pour la course à l'essai sous les poteaux. Ce dernier transforma lui-même. Les dernières minutes virent un essai refusé à Puidebois pour hors-jeu et d'autres tirs malheureux de Boulpiquante et d'Alain Marot, dont un de vingt mètres en face.
La rencontre s'était bien passée. On retint la prestation de Georges Domercq. Elle n'allait pas être la dernière.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin



--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 12 mai 1974


A.S. BITERROISE 16 - R.C. NARBONNAIS 14
Les équipes
AS Biterroise :
J.P Pesteil, J. Navarro, D. Cosentino, P. Cieply, J. Cantoni, o) H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), A. Estève, Y. Buonomo, O. Saisset, M. Palmié, G. Sénal, J.L. Martin, A. Paco, A. Vaquerin.
RC Narbonnais :
I.M. Benacloi, H. Ferrero, G. Viard, F. Sangalli, D. Dumas, o)I. Maso, m)G. Sutra, A. Belzons, W. Spanghero, A. Montlaur, J.M. Spanghero, C. Spanghero (cap.), R. Canaguier, P. Salettes, J.P. Hortoland.
Les points
ASB : Navarro, essai; Cabrol, pénalité et drop; Astre, 2 drops.
RCN : Belzons, Sangalli, essais; Bénacloi, 2 pénalités.
Arbitre : Francis Palmade
Le championnat avait été scindé en deux groupes de trente-deux clubs: le A en qualifiait 24 et le B huit pour les seizièmes. En demi-finales, la belle mêlée paloise posa quelques problèmes à Narbonne, vainqueur (15-9), tandis que Béziers éliminait Brive (19-10) après un match somptueux. Narbonne présentait ses titulaires alors que Béziers devait remplacer Séguier en délicatesse avec des problèmes musculaires. Cantoni retrouva le poste de ses débuts et le jeune Jean-Pierre Pesteil enfila le maillot numéro 15. Pour grandir l'alignement, Estève jouait à l'aile de la troisième ligne alors que Palmié entrait en seconde aux côtés de Sénal.
On était dans l'entre-deux tours de la présidentielle de 1974 et L'Equipe y alla de son sondage: Béziers: 51%, Narbonne 49%. La finale retournait pour la première fois depuis 1946 au Parc et le Midi qui s'en affiigea put toutefois se féliciter d'une rencontre pleine, dramatique et spectaculaire, avec un chassé-croisé permanent au score. Astre ouvrit la marque par un drop dès la cinquième minute (3-0); mais après percée de Sutra et relais de Maso, Viard, Benacloi et Walter Spanghero, Belzons débordait pour l'essai en coin: 3-4 (12e minute). L'arrière narbonnais sanctionnait par pénalité un geste d'énervement de Vaquerin : 3-7 (21e minute). Quatre minutes plus tard, sur touche favorable, la passe de Cabrol sautait ses deux centres et lançait Pesteil venu s'intercaler qui, dans les 22 mètres adverses, servait Navarro pour l'essai en coin (7-7). Trois minutes avant la mi-temps, Astre réussissait son deuxième drop : 10-7 au repos.
Au début de la seconde période, les Narbonnais ratèrent de justesse quatre occasion de gonfler leur avoir avant que Benacloi n'égalisât à la 56e minute après une faute biterroise en mêlée ouverte à 25 mètres des buts (10-10).
Les Narbonnais prenaient bientôt l'avantage une poignée de secondes plus tard. Mêlée au centre, cadrage de Maso pour Viard qui percutait, relais de Montlaur pour Sangalli qui feintait la passe pour Dumas et marquait en moyenne position: 10-14 au terme d'une action magnifique.
Plusieurs occasions de marquer étaient ratées avant que, sur une chandelle de Pesteil, Walter Spanghero plaqué ne lâche pas la balle: de 20 mètres en face, Cabrol ramenait les siens à un point, 13-14 à la 58e minute.
Les Audois s'accrochaient à leur minuscule avance et Maso se signala alors par d'efficaces dégagements au cordeau qui repoussaient les Héraultais dans leur camp. Mais à la 80e minute, sur pénalité, Cabrol trouvait une belle touche aux 30 mètres. Palmié anticipa sur le lancer entre Salettes et Claude Spanghero et détourna sur Astre qui donna à Cabrol. L'ouvreur biterrois saisit la dernière chance de son équipe en réussissant le drop de la victoire malgré la montée défensive de Maso.
Le match avait été superbe et haletant.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.





--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 18 mai 1975


A.S. BITERROISE 13 - C.A. BRIVISTE 12
Les équipes
AS Biterroise :
J.P Cantoni, C. Casamitjana, D. Cosentino, J.P Pesteil, R. Séguier (Lavagne 79e), o) H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), O. Saisset, A. Estève, G. Rousset, M. Palmié, G. Sénal, A. Paco, C. Prax, A. Vaquerin.
CA Briviste :
A. Marot, J.P. Puidebois, C. Badin, J. Coq, J.J. Gourdy, o)J.C. Roques (cap.), m)M. Pebeyre, J.L. Joinel, G. Magnac, M. Yachvili, R. Pite, J.C. Rossignol, J.P. Dalès, P. Louchart, S. Pasquier.
Les points
ASB : Séguier, essai; Cabrol, 3 pénalités.
CAB : Pebeyre, essai; Puidebois, 2 pénalités et transformation.
Arbitre : Jacques Saint-Guilhem
On revenait à l'ancienne formule de huit poules de huit. La nouveauté consistait dans la possibilité de deux remplacements pour joueurs blessés comme dans les rencontres internationales. En demi-finales, Béziers écarta le R.C.P. (16-3) alors que Brive battait Narbonne (20-13 après prolongations) au terme d'un débat déplaisant où Laurent Desnoyer avait été mis hors de combat par un placage douteux du Canadien Schick.
Son remplaçant, Gourdy, futur Président du C.A.B., conserva sa place pour la finale alors que le capitaine Lewin, blessé avant les huitièmes, ne retrouva pas la sienne bien que rétabli.
Le sort de la rencontre devint incertain dans sa fin. Béziers qui semblait supérieur trembla pourtant fort dans les dernières minutes. Cabrol inaugura la marque sur pénalité à la 3e minute et récidiva bientôt à la 10e. Mais Puidebois ramena la marque à 6-3 neuf minutes plus tard d'un joli tir de 52 mètres (faute sur mêlée ouverte). Les Brivistes, toutefois, ne surent pas tirer profit d'un certain relâchement de leurs adversaires, tel Joinel refoulé de justesse sur la ligne à la 36e minute.
La seconde mi-temps commença sur le même tempo. Pourtant Puidebois, après six échecs, passait le but égalisateur à la 49e minute, après une obstruction de Rousset sur Gourdy. Les Biterrois réagirent alors : mêlée enfoncée sur les buts brivistes, puis deux minutes plus tard, à la 54e, départs des avants et Rousset sifflé en vue de la ligne pour en-avant; quelques secondes après, Astre repris à deux mètres de l'essai; puis enfin à la 71e minute, but de Cabrol pour hors-jeu de Roques (9-6). Les Héraultais marquèrent encore bientôt: regroupement au centre, offensive à gauche, coup de pied à suivre de Casamitjana et essai de Séguier malgré le retour de Pebeyre (13-6).
Le destin n'était pourtant pas tout à fait scellé: sur pénalité à deux mètres de l'en-but biterrois, Pebeyre feinta la passe et marqua seul près des poteaux un essai dont Puidebois passa la facile transformation, 13-12 à la 82e minute. Une relance de Roques dans les dernières secondes faillit bien réussir, mais sa passe à Puidebois ne fut pas bien assurée. Béziers, peut-être un peu trop sûr de lui, méritait toutefois le gain du match.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.




--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 23 mai 1976


S.U. AGENAIS 13 - A.S. BITERROISE 10 (après prolongations)
Les équipes
SU Agenais :
M. Morlaas (G. Guidi 22e), J. Lacroix, J.M. Mazas, J.L. Bernes, Y. Fongaro, o) C. Viviès, m) A. Laclau (puis H. Cazaubon 72e), S. Lassoujade, C. Nieucel, C. Conté‚ A. Plantefol (cap.), A. Buzzighin, D. Dubroca, R. Bénésis, P. Solé.
AS Biterroise :
J. Cantoni, C. Casamitjana, D. Cosentino, J.P. Pesteil, R. Séguier, o)H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), O. Saisset, A. Estève, C. Pesteil, M. Palmié‚ G. Sénal, A. Paco, C. Prax, A. Vaquerin.
Les points
SUA : Plantefol, essai; Mazas, 2 pénalités; Cazaubon, drop.
ASB : Paco, essai; Cabrol, 2 pénalités.
Arbitre: Michel Messan
Réapparaissaient deux groupes de 40 clubs, soit cinq poules de huit. Le groupe A qualifiait 25 clubs et le B sept. Agen (22-6 devant Narbonne) et Béziers (21-12 devant Brive) s'étaient qualifiés plutôt aisément. Les Lot-et-Garonnais avaient dû remplacer Béguerie, victime d'une crise d'appendicite dans la semaine. Conté prit sa place, tandis que Buzzighin occupait celle d'Haget blessé en huitièmes et opéré du ménisque. Chez les Biterrois, Rousset, qui avait signé à Valence son ancien club, était écarté au profit de Christian Pesteil.
Les tenants étaient favoris et probablement trop sûrs d'eux-mêmes. En outre, leur séjour dans la capitale ne se déroula pas dans les meilleures conditions de concentration car leur hôtel était sans doute trop agité.
Les challengers avaient résolu de faire courir les lourds avants adverses. La méthode avait failli réussir pour les Brivistes. Dès la 7e minute, une attaque de Morlaas, Laclau et Lacroix avait presque fait mouche, ainsi qu'une tentative de pénalité de Mazas. Fongaro, il est vrai, avait du sauver une situation critique pour les siens. A la 22e minute, Morlaas était emporté sur une civière et remplacé par Guidi. Les minutes passaient et rien n'était marqué. Les Agenais ouvrirent le score à la trente-cinquième minute: Buzzighin détourna le lancer d'Astre à la touche, Laclau perça et servit Lassoujade qui donna à Plantefol en soutien la balle d'essai (4-0). Sur le renvoi, brutalité sur Cabrol qui se fit justice: 4-3, score à la mi-temps. L'ouvreur biterrois donna l'avantage aux siens cinq minutes après la reprise pour hors-jeu de Lassoujade (4-6), mais dix minutes plus tard Mazas sanctionna facilement une obstruction sur Viviès (7-6). Cinq minutes encore et trois regroupements remarquables de Béziers permettaient à Paco de s'écrouler en-but (7-10).
Laclau, blessé, était remplacé par Cazaubon alors qu'il restait moins de dix minutes à jouer. Le temps égrenait les secondes vers le succès biterrois. D'ailleurs, Mazas ratait un but à deux minutes de la fin.
L'arbitre regardait sa montre alors que Nieucel gagnait le cuir à la touche; une percussion des avants provoqua un regroupement et, de 25 mètres, Cazaubon bottait le drop de l'égalisation (10-10).
Les prolongations furent incertaines. Le public se préparait à l'idée d'une finale à rejouer lorsque à la 109e minute survint le coup du destin: un dégagement de Guidi trouva Cantoni dans ses vingt-deux mètres. L'arrière héraultais essaya de contre-attaquer avec un crochet sur Dubroca. Le pilier bleu et blanc prit son adversaire à l'intérieur de plein fouet. Le placage fit sans doute mal. La pénalité de l'arbitre encore plus. Michel Messan qui avait laissé l'action se poursuivre (passe de Buzzinghin en-avant pour Lacroix) revint à la faute de Cantoni qui avait gardé le ballon au sol.
Des vingt-cinq mètres en bonne position, Mazas, tremblant comme une feuille, réussit le but qu'il fallait réussir. On dit que c'est le dernier qu'il tenta jamais!

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.



--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 29 mai 1977
Citation:
A.S. BITERROISE 12 - U.S.A. PERPIGNANAIS 4
Les équipes
AS Biterroise :
J. Cantoni, M. Fabre, J.L. Rivallo, J.P. Pesteil, R. Séguier, o)H. Cabrol, m)R. Astre (cap.), J.L. Meiser, A. Estève, O. Saisset, M. Palmié‚ G. Sénal, J.L. Martin, A. Paco, A. Vaquerin.
USA Perpignanaise :
G. Porical, C. Fontana, R. Lecoq, J.P. Garcia, G. Mérou, o) J. Lopez, m) Y. Ballaneda, J. Tisseyre, J.L. Got, R. Génis (cap.), J.F. Imbernon, P. Goze, M. Izquierdo, Y. Brunet, P. David.
Les points
ASB : Astre, essai; Cabrol, 2 pénalités et transformation.
USAP : Fontana, essai.
Arbitre : Gilbert Chevrier
En demi-finales, l'U.S.A.P. s'était défait de Romans avec difficulté (9-6) alors que Nice, forts de ses anciens Toulonnais, causait mille misères aux Biterrois (10-15). Béziers était au complet alors qu'à Perpignan, Ros suspendu pour le quart et la demi-finale ne retrouvait pas sa place pour la grande fête, puisque David était maintenu.
La victoire de Béziers ne se contesta pas. Elle ne fut pas toutefois éclatante: déclin biterrois, limites perpignanaises ? Sang-froid glacé des Héraultais, courage fébrile des Catalans ?
Cabrol réussit un but pour hors-jeu de Tisseyre à la touche: 3-0 (5e minute); Fontana toucha en-but trois minutes plus tard un coup de pied à suivre de Génis (3-4). Essai d'Astre sur passe de Cabrol qu'il avait servi pour une sorte de « une-deux » du rugby et transformation de l'ouvreur rouge et noir: 9-4, (16e minute), marque au repos. Après la pause, Lopez ne put profiter des tentatives de but pour remettre son équipe dans la course.
Cabrol, après un drop raté d'Astre, clôtura le score à la soixante-huitième minute par un but de vingt-cinq mètres pour faute catalane en mêlée. Et pourtant, les Biterrois eurent plusieurs occasions d'alourdir la marque, en particulier par Cabrol perdant la balle à la quatre vingtième minute après avoir récupéré une passe hasardeuse de Lopez.
Une victoire de plus pour l'A.S. Biterroise, un titre supplémentaire gagné, cette fois-ci sans émotion.
Sans incertitude non plus.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.




--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 28 mai 1978


A.S. BITERROISE 31 - A.S. MONTFERRANDAISE 9
Les équipes
AS Biterroise :
J. Cantoni, M. Fabre, J.L. Rivallo, H. Mioch, R. Séguier, o)H. Cabrol (P. Lacans 80e), R. Astre (cap.), C. Pesteil, A. Estève, O. Saisset, M. Palmié‚ G. Sénal, J.L. Martin, A. Paco, A. Vaquerin.
AS Montferrandaise :
M. Droitecourt, J .M. Dubertrand, M. Luciani, J. Molenat, A. Dubertrand, o)J.P. Romeu (cap.), m) Y. Lafarge, J.P. Cristina, J. Cristina, G. Costes, G. Gasparotto, H. Bourdillon, J. Fouilhoux, J.M. Gerbaulet, P. Boucheix.
Les points
ASB : Fabre, Séguier, Paco, Martin, pénalisation, essais; Cabrol, pénalité et 2 transformations ; Cantoni, 2 transformations.
ASM : Molenat, essai; Droitecourt, drop; Romeu, transformation.
Arbitre: Francis Flingou
Béziers, après une saison régulière, avait difficilement vaincu le Stade Toulousain (12-9) et trouvait sur sa route Montferrand qui avait écarté un surprenant Valence conduit par le vétéran Elie Cester (20-12).
L'écart final était bien large. Pourtant la marque ne fut ouverte qu'à la 37e minute et les Montferrandais purent pester contre leur manque de réussite et le sort qui avait alourdi le score sans beaucoup de justice.
Gasparotto, remarquable à la touche, et ses amis ne méritaient pas cette sanction.
La première mi-temps fut alerte, avec des essais ratés de peu par Mioch et Lafarge. Trois minutes avant son terme, Astre s'échappa côté fermé et tapa à suivre; Rivallo qui reprit au pied fut plaqué sans ballon par Romeu: essai de pénalisation justifié, transformé par Cabrol. Puis juste avant la pause, nouvel essai par Fabre sur une longue passe de Cabrol (10-0).
Les Montferrandais déterminés, menés par un superbe Jacques Cristina, réduisaient l'écart à la 42e minute grâce à un drop de Droitecourt; mais Cabrol passait, cinq minutes plus tard, un facile but pour hors-jeu (13-3). Toutefois, l'A.S.M. revint dans la partie avec courage: descente des avants, relais de Romeu et magnifique essai de Molenat transformé par l'ouvreur jaune et bleu qui rata pourtant un but de 39 mètres à la 70e minute (13-9).
Les vannes s'ouvrirent alors; 72e : départ d'Astre dans ses vingt deux mètres, coup de pied à suivre repris par Séguier qui, filant sur 60 mètres, échappa à Romeu puis à Molenat malgré une chaussure perdue et marqua en coin. Cantoni réussit la difficile transformation du bord de la touche (19-9). 76e : relance d'Astre, relais des avants, départ de Martin sur le côté fermé pour Fabre puis Paco qui ponctuait en but un superbe mouvement; transformation de Cabrol (25-9). 80e: mêlée ouverte dans les vingt-deux mètres auvergnats, départ de Paco sur le petit côté, relais de Saisset et essai de Martin transformé par Cantoni (31-9). La rencontre s'acheva ainsi sur un final éblouissant, cruel pourtant pour de valeureux vaincus, au terme de débats menés dans un impeccable esprit.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.




--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 25 mai 1980


A.S. BITERROISE 10 - STADE TOULOUSAIN 6
Les équipes
AS Biterroise :
J. Cantoni, M. Fabre, J.L. Rivallo, H. Mioch, C. Martinez, o) P. Fort (M. Andrieu 47e), m) P. Morisson, P. Lacans, Y. Buonorno, J.M. Cordier, M. Palmié‚ A. Estève, J.L. Martin, A. Paco (cap.), A. Vaquerin.
Stade Toulousain :
S. Gabernet, D. Harize, M. Salsé‚ T. Merlos, G. Novès, o) J.M. Rancoule, m)G. Martinez, J.C. Skrela (cap.), R. Viel, J.P. Rives, J.J. Santos, M. Coutin, S. Laïrle, P. Bentaboulet, C. Breseghello.
Les points
ASB : Fabre, Buonorno, essais; Cantoni, transformation.
ST : Martinez, 2 pénalités.
Arbitre: Jacques Saint-Guilhern
Seuls les quarante clubs du groupe A fournissaient désormais les trente-deux qualifiés; le groupe B avait sa phase finale et son propre champion. S'affrontèrent alors pour le titre suprême Béziers vainqueur de l'U.S.A.P. (16-6) et le Stade Toulousain tombeur de Brive (22-9).
Les deux formations avaient des arguments différents. Le problème des Garonnais était d'obtenir des ballons pour faire courir les lourds avants adverses en écartant le jeu. C'était plus difficile à réussir qu'à envisager. Dès la première minute pour montrer l'ampleur de la tâche qui attendait les Toulousains les Languedociens réussirent un beau départ en percussion. A la 6e minute, sur la première mêlée gagnée par les Biterrois sur introduction adverse, une touche trouvée par Fort permit un départ de Morisson relayé par ses avants. Buonomo, bloqué, donna à Fabre qui, s'infiltrant côté fermé, marqua un essai volontaire (4-0).
Le jeu était plaisant mais Toulouse manqua quelques occasions de pénalité dont une de Gabernet après une altercation entre Rives et Estève. A la demi-heure de jeu, une touche à trois mètres de la ligne toulousaine fut transformée en mêlée. Le lancer biterrois n'avait pas été droit. Comme en 1948, l'arbitre la fit recommencer quatre fois. Buonomo finit par marquer en force et Cantoni transforma: 10-0 au repos puisque Martinez avait raté deux buts de 40 mètres. Le Stade Toulousain retrouva son souffle malgré la domination biterroise en mêlée et se lança à l'assaut grâce à un rythme soutenu que les Héraultais eurent du mal à suivre. Ils avaient d'ailleurs quelques excuses. Fort blessé, il fallut réorganiser les lignes arrières: Andrieu rentra à l'aile et Fabre passa à l'ouverture. A la 52é minute, Martinez réussissait une pénalité facile pour hors-jeu de Lacans sur touche au-delà du verrouilleur (10-3); six minutes plus tard, Martinez récidiva: Cantoni, plaqué, avait gardé le ballon à terre pour tuer un mouvement dangereux de Rancoule (10-6).
Les Biterrois pouvaient se féliciter de la réussite mesurée du buteur toulousain. Leurs avants peinaient de plus en plus alors que les attaques des stadistes balayaient le terrain. Palmié se vit toutefois refuser un essai pour rampé lors d'une des rares incursions biterroises dans les 22 mètres adverses avant que le destin ne choisisse son camp: à la 79e minute, les Toulousains jouèrent une pénalité à la main et l'attaque des trois-quarts fut poursuivie par un regroupement des avants. Passe de Martinez à Harize qui fixa son adversaire direct et passe à Gabernet en position d'ailier. L'arrière ne put contrôler le ballon alors que le chemin de l'essai était totalement dégagé à 20 mètres de la ligne héraultaise.
Magnifique rencontre assurément, engagée et indécise. Et de magnifiques acteurs. Et comme dit le poncif: un grand vainqueur, le Rugby. On n'est pas sûr pourtant que l'on pensa la même chose, le soir, autour du Capitole.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.




--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 23 mai 1981

A.S. BITERROISE 22 - STADE BAGNERAIS 13
Les équipes
AS Biterroise :
P. Fort, M. Fabre, J.L. Rivallo (P. Escande 39e), M. Andrieu, C. Martinez, o) J.P. Pesteil, m) P. Morisson, P. Lacans, H. Mioch (Y. Buonomo 56e), J.M. Cordier, M. Palmié‚ A. Estève, J.L. Martin, A. Paco (cap.), A. Vaquerin.
Stade Bagnerais :
J.M. Aguirre, J.F. Gourdon, R. Bertranne (cap.), P. Rispal, M. Dancla, o) P. Fourneau, m) A. Fournet, A. Cigagna, O. Derghali, C. Frutos, R. Vergez, A. Cazenave (Y. Duhard 51e), M. Urtizverea (G. Chevallier 2e), A. Torossian, M. Laguerre-Basse.
Les points
ASB : Andrieu, Fabre, essais; Fort, 2 pénalités et transformation; Pesteil, 2 drops.
SB : Gourdon, 2 essais; Aguirre, pénalité et transformation.
Arbitre: Jean-Pierre Bonnet
Bagnères avait peiné pour se défaire de Montferrand (6-3) et Duhard n'était que remplaçant. Chez les Biterrois, impressionnants vainqueurs des Lourdais (35-9), Mioch avait été préféré à Buonomo en numéro 8. Pour la première fois, la finale était disputée en nocturne et le Président de la République y assistait.
Excellente rencontre encore qui rappela celle de la saison précédente: sous la conduite de Mournet, les Bagnérais, dominés à la touche, élargirent délibérément le jeu pour déstabiliser le pack biterrois. Le match atteignit les sommets à plusieurs reprises avant que le fléau de la balance ne penchât pour les Biterrois, seulement à quatre minutes de la fin.
La partie commença sur un coup de théâtre. Dès la première mêlée, les avants héraultais par une formidable poussée collective, firent plier le pack bigourdan et Urtizverea vit sa blessure aux adducteurs se réveiller. Chevallier le remplaça.
12e minute: hors-jeu de Bertranne et Fourneau et but de Fort (3-0). 16e: drop de Pesteil après touche et déviation d'Estève (6-0). 21e: une échappée de Mournet derrière sa mêlée pourtant chahutée, était relayée par Fourneau, Bertranne et Rispal; Gourdon reprenait la balle à terre et marquait en force sous les poteaux; transformation d'Aguirre (6-6).
Les Biterrois reprirent leurs distances par une pénalité de Fort pour hors-jeu de Torossian au milieu du terrain (9-6 à la 23e minute) et un essai d'Andrieu après une interception de Rivallo et un relais de Morisson, essai transformé par Fort (15-6 à la 27e). Deux minutes plus tard, Aguirre fit revenir les siens avec une pénalité de 42 mètres à gauche à la suite d'un hors-jeu biterrois en mêlée ouverte. Le score ne changea pas jusqu'à la mi-temps malgré quelques belles offensives pyrénéennes (15-9).
Béziers repartait dès la reprise et Pesteil passait un drop à la quarante-et-unième minute, avant qu'Aguirre ne mette une tentative sur le poteau. L'opposition des styles rendait le spectacle passionnant. A la cinquantième minute, les Bagnérais réussissaient un magnifique mouvement: une interception de Rispal sur sa ligne des vingt-deux fut relayée par Derghali et Mournet poursuivit sur quarante mètres avant d'aller chercher Gourdon sur son aile. L'international raff–ta Martinez, résista au placage de Fort et marqua en coin (18-13).
Les Biterrois plus mûrs, les Bagnérais plus fougueux: qui allait recevoir le bouclier? Ce furent les Languedociens, dégagés de leurs inquiétudes à la soixante-seizième minute: enchaînement de mauls par Paco et Lacans, puis Morisson servait Pesteil pour Fabre à l'extérieur; celui-ci s'infiltra au milieu des avants pyrénéens, crocheta Mournet avant de pointer en but malgré le placage d'Aguirre (22-13).
Les vieux guerriers biterrois, pourtant si chargés de victoires, congratulèrent alors Fabre avec émotion. Sans y prendre garde, ils témoignaient au fond de la belle qualité de leurs adversaires. Et de l'émotion de la rencontre.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.



--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 28 mai 1983

A.S. BITERROISE 14 - R.R.C. NICE 6
Les équipes
AS Biterroise :
P. Bonhoure, M. Fabre, F. Joguet, P. Fort, M. Andrieu, P. Lacans (cap.) (P. Chamayou 65e), J.M. Bagnaud, J.M. Cordier, M. Palmié‚ J.P. Wolf, J.L. Martin, D. Minaro, A. Vaquerin.
RRC Nice :
P. Barthélémy, A. Vallet (P. Mousain 77e), J.L. Bony, P. Trautmann, J. Méry, o) P. Pédeutour, m) F. Pierre, P. Buchet, J.C. Orso, E. Buchet (cap.), T. Catoni (J.F. Tordo 75e), J.P. Pelloux, R. Charpentier, B. Herrero, D. Félix.
Les points
ASB: Vachier, Escande, essais; Fort, pénalité; Escande, drop.
RRCN: Pédeutour, pénalité et drop.
Arbitre: René Hourquet
Finale méditerranéenne, après les victoires de Nice sur Agen (18-12) et de Béziers sur Bayonne (19-12). Elle allait demeurer dans l'histoire pour l'invasion des lignes de touche par les supporters biterrois à un quart d'heure de la fin. Les forces de l'ordre étaient insuffisantes et elles se replièrent frileusement autour de la loge officielle où se trouvait le Président de la République qui avait pris l'habitude d'assister à la finale. Les injonctions, les supplications même de l'arbitre et des joueurs ne purent convaincre les perturbateurs de rejoindre leurs sièges.
La partie jusque là avait été très engagée mais correcte avec de beaux mouvements. Les Biterrois dominaient une équipe encore assez neuve, poussée parfois à la faute. Dès la 7e minute, Vachier profitait d'une mauvaise passe de Pierre à Barthélémy pour aplatir en but (4-0); cinq minutes plus tard, Escande réussissait un drop de trente mètres (7-0). Cinq minutes encore et René Hourquet refusait un essai de Vallet après un beau travail d'Orso et du pack niçois. L'arbitre avait jugé que l'ailier avait marqué en deux temps après avoir été plaqué. De nombreux observateurs trouvèrent la décision sévère, mais les Niçois revinrent bientôt dans la partie: drop (1ere minute), puis but (25e) de Pédeutour pour geste de nervosité de Cordier. Les Biterrois, en difficulté, laissèrent passer l'orage et la mi-temps survint sur le score de 7-6.
Le pack biterrois reprit progressivement l'affaire en main avec Palmié en pointe à la touche où l'arbitre tolérait un désordre sans doute pernicieux pour les Azuréens. A la 51e minute, Charpentier était sifflé hors-jeu sur une prise à deux mains et Fort donnait de l'air aux siens (10-6). Les supporters arrivèrent bientôt sur les lignes de touche et la rencontre en fut alors faussée. Nice tenta d'apporter de la fraîcheur en faisant entrer le très jeune Tordo en troisième ligne, Philippe Buchet passant en numéro 8 et Orso en seconde ligne à la place de Catoni, mais les Biterrois, sur un départ d'avants dans les vingt-deux niçois, marquèrent à la 7e minute par Escande un essai que certains contestèrent -le point‚ en but avait-il été correct ?- et qui leur donnait un dixième titre. Ils l'avaient mérité pour le calme et la lucidité de leur match.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.




--------------------------------------------------------------------------------

Parc des Princes, Paris, 26 mai 1984


A.S. BITERROISE 21 - S. U. AGENAIS 21 (après prolongations)
A.S. Biterroise déclarée vainqueur après l'épreuve des tirs au but (3-1)
Les équipes
AS Biterroise :
P. Bonhoure, M. Fabre, F. Joguet, P. Fort, J.P. Médina, o) P. Escande, m) P. Vachier, P. Lacans (cap.), J.M. Bagnaud, J.M. Cordier, M. Palmié‚ J.P. Wolf, J.L. Martin, D. Minaro (P. Charnayou 89e), A. Vaquerin.
SU Agenais :
B. Viviès, P. Bérot, P. Sella, P. Mothe, B. Lavigne (P. Montlaur 114e), o) C. Delage, m) J. Llop, C. Delbreil, D. Erbani (M. Capot 10e), J. Gratton, B. Rivière, P. Pujade, D. Dubroca (cap.), J.L. Dupont, J.L. Tolot.
Les points
ASB : Medina, essai; Fort, 4 pénalités et transformation; Escande, drop.
SUA : Delbreil, essai; Viviès, 4 pénalités et transformation; Delage, drop.
Arbitre: Jean-C1aude Yché
Il avait fallu trouver des palliatifs pour départager les clubs en finale puisque les calendriers étaient de plus en plus denses. En cas d'égalité absolue après les prolongations, on résolut d'en arriver à l'épreuve des tirs au but. En priant le ciel d'épargner ce recours: il fallait que l'équipe de France effectue sa tournée en Nouvelle-Zélande. Le ciel n'écouta pas !
Agen avait pris sa revanche de l'année précédente sur Nice (21-14) et Béziers défait les Montferrandais (8-4), deux essais à un dans un match sans coups de pied! La finale fut intense avec des chassés-croisés qui tinrent le Parc en haleine pendant près d'une heure et demie. Mais la chute plongea dans la consternation beaucoup d'amoureux du rugby qui n'étaient pas tous d'Agen !
Après dix minutes, le score était de trois à trois. Erbani dut alors quitter les débats: son genou avait lâché. Fort, d'une nouvelle pénalité fit passer les siens en tête d'un tir d'au-delà de la ligne médiane. Son équipe effectuait une impeccable démonstration d'avants. Elle prit le large grâce à un drop d'Escande après touche: 9-3 à la mi-temps. Agen montra alors l'étendue de sa détermination. Deux minutes après la reprise, une attaque se déploya sur le grand côté pour un relais des avants et une magnifique course de Delbreil, à l'extérieur, terminée sous les poteaux pour la facile transformation de Viviès (9-9). La rencontre allait vers les sommets. Palmi‚ commit une faute à la touche à la cinquantième minute. Viviès en prit acte (9-12). Neuf minutes plus tard, Llop, derrière sa mêlée, commit une faute. Fort égalisa (12-12).
Les attaquants étaient superbes, les défenseurs mieux encore. Rien ne passait. Mothe et Fort envoyèrent chacun un drop sur les poteaux, les Biterrois ratèrent deux tentatives avant que l'arbitre ne sifflât la fin du temps réglementaire.
Les prolongations donnèrent la même générosité de jeu. Fort réussit un but (15-12) à la quatre-vingt-unième minute et Delage répliqua par un drop dans les secondes suivantes. Trois minutes encore: attaque Sella-Bérot, interception de Medina pour un essai transformé par Fort (21-15). Viviès ramena les Lot-et-Garonnais à trois points sur une pénalité avancée deux fois de dix mêtres à la quatre-vingt-douzième minute et il égalisa quatre minutes plus tard en sanction d'une brutalité de Vaquerin dans un regroupement (21-21). Les deux équipes eurent encore des occasions par Lavigne, Delage, Fabre et Joguet. Il fallut avoir recours aux tirs au but. Fort et Viviès ne commettaient pas de faute lors de la première série; Bonhoure non plus lors de la seconde. Les Agenais dont Montlaur, entré pour l'épreuve, ratèrent l'exercice.
Béziers était une nouvelle fois champion de France. Le titre eût mérité un final plus digne.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin. 



(mise en pages modifié ; asb.uso.xooit.com) pouce''''''
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour avoir accès à la totalité du forum..inscrivez vous  


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Azuma
Administrateur créateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2008
Messages: 4 904
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe
Point(s): 140 129
Moyenne de points: 28,57

MessagePosté le: Lun 13 Oct - 12:06 (2008)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales Répondre en citant

http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_sportive_de_Béziers_Hérault

                                             béziers
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour avoir accès à la totalité du forum..inscrivez vous  


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:52 (2017)    Sujet du message: histoire de notre club 11 titres & 15 finales

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    "BITERROIS TOUJOURS" Index du Forum -> le forum des supporters de Sauclières -> la mémoire du rugby biterrois Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceDarkBlue by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com